Avertir le modérateur

24/01/2008

Anecdote : enceinte et en recherche d'emploi

Je reviens à la prise de parole avec comme objectif de vous citer une anecdote intéressante.
Récemment sur un poste de cadre très pointue, je reçois une candidate en entretien qui est à 8 mois de grossesse. Bien entendu, je le découvre en entretien, elle ne l'avait pas fait figurer son cv, ni lors de l'échange téléphonique.
La jeune femme avait toutes les compétences nécessaires pour le poste recherché, une forte motivation et une personnalité très adaptée à la culture de l'entreprise pour laquelle je recrutais.
J'avais très envie de la présenter à mes clients.
Je lui demande quand elle pourrait être disponible pour démarrer sur le poste. Elle m'explique très naturellement qu'elle accouchera dans un mois, aura encore 2 mois de congés maternité, ce qui veut dire qu'elle pourrait démarrer dans 3 mois... en précisant "comme n'importe quel candidat qui serait en poste et qui devrait effectuer un préavis de trois mois". Sa démarche était parfaitement judicieuse, c'est la phrase qui a fait basculer ma réflexion de : je la présenterais bien à mon client, à bien sûr je la présente !
Elle venait de me donner les arguments pour convaincre mon client. Je l'ai donc présentée et elle a rejoint notre client début janvier.
Intéressant, non ?
A bientôt pour : comment s'habiller pour un entretien d'embauche....

Commentaires

moi, je suis en pleine forme, voulez vous me trouver un travail?..........c'est un trés bon blog.j'adore.

Écrit par : lounes | 27/01/2008

Pour ma part, il semble que je sois nettement avantagé, je suis un homme. Mon dernier test de grossesse s'est encore une fois révélé négatif.

Ce que j'ai retenu dans ce topic, c'est le titre "anecdote". Parce qu'on est bien là dans l'anecdote.
A votre avis, combien de recruteurs fermeront la porte à une candidate qui attend un enfant? 90%? 95%? 99%? 99,99%

Cette candidate a parfaitement su mener son jeu. Son objectif est d'obtenir un entretien. Elle n'a rien dit qui aurait pu lui nuire sur son CV ou au téléphone. Non mais, ça ne va pas la tête? Faire figurer une telle information sur son CV...Et puis quoi encore?
Et quand elle s'est enfin présentée à l'entretien, elle a pu argumenter. Le recruteur s'est retrouvé devant le fait accompli.
Elle a bien joué son coup.

Comme quoi, lors d'une embauche, il faut savoir dire ce que le recruteur a besoin d'entendre. C'est d'une simplicité extrême.

Écrit par : Gontran | 27/01/2008

L'anecdote que vous relatez est intéressante et m'amène à réagir pour rappeler certaines dispositions légales. L'article L122-45 du Code du travail prohibe formellement certaines formes de discrimination, notamment à l'embauche; c'est ainsi qu'en vertu de ce texte, aucune femme ne peut légalement être écartée d'une procédure de recrutement en raison de son état de grossesse.

Néanmoins, si une telle discrimination se produit, la victime peut se retourner devant les juridictions civiles ou répressives.

Si la victime souhaite se contenter d'une action civile, elle pourra saisir le conseil des prud'hommes; en effet, dans un arrêt en date du 20 décembre 2006, la chambre sociale de la Cour de cassation a affirmé la compétence de la juridiction prud'homale pour tout litige relatif à l'article L122-45, même s'il s'agit d'une procédure de recrutement. Si le conseil des prud'hommes constate qu'il y a bien eu discrimination, il condamne l'entreprise recrutrice à des dommages et intérêts au profit de la victime. Le cabinet de recrutement ou de "chasseurs de têtes" qui est intervenu le cas échéant peut également être poursuivi s'il a aidé son client à discriminer ou s'il l'a laissé faire.

Si la victime veut porter l'affaire devant les juridictions répressives, elle doit déposer une plainte pour discrimination, délit réprimé par les articles 225-1 et suivants du Code pénal et passible d'une peine de 3 ans d'emprisonnement et 45.000€ d'amendes (225.000€ si le coupable est une personne morale) sans préjudice d'éventuels dommages et intérêts si la victime se constitue partie civile.

Bien évidemment, rien n'interdit à la victime de chercher une solution amiable avec l'entreprise recrutrice en cas de discrimination, et de conclure avec elle une transaction si un commun accord est trouvé pour mettre un terme au litige.

Enfin, quelque soit le mode de traitement du litige adopté par la victime, celle-ci peut saisir la HALDE pour qu'une enquête soit diligentée; en effet, cette enquête est susceptible d'apporter les preuves qui permettront à la victime d'agir.

Écrit par : alexandre | 30/01/2008

Je découvre votre blog. Merci pour cet article que je préfère prendre simplement pour ce qu'il est: une annecdote positive qui montre que rien n'est acquis, ni figé!

Écrit par : Véronique | 30/01/2008

je suis un étudiant en faculté en sousse je préfaire de mettre des amis des autre pays .pour moi j aime la chine et je réve de la visite pour pour mon GSM 95750604 JE SUIS SéRIEUs a vos connaitre et j'attent vos émails.bonne chance.bay...............................bizou.......................

Écrit par : mounir charradi | 01/02/2008

Votre témoignage fait du bien à lire. Cela réconforte. J'ajouterai que je cottoie dans ma sphère professionnelle une femme enceinte et j'avoue qu'elle montre un dynamisme dans le travail qui est énorme, sa charge de travail est imposante et je crois qu'il faut en finir avec les préjugés qui font qu'on "ne peut pas embaucher" des femmes enceintes voire des jeunes mamans... C'est vraiment se tirer dans le pied que de penser ainsi.

Votre post donne la pèche!

YC

Écrit par : Yannick Comenge | 02/02/2008

Se comporter comme tout candidat motivé pour un poste disponible.
Etre enceinte n'est pas une maladie, un état de fait gérable.

Je découvre votre blog avec plaisir, j'y reviendrai certainement :)

Écrit par : Lunaba | 04/02/2008

Et le gosse ? la mère l' abandonne au bout de 2 mois ? je vois pas l' interêt d' avoir un enfant pour le laisser aussitôt né. Il est déjà mal barré dans la vie. Rien qu' en considérant qu' un enfant allaité par la mère sera en bien meilleure santé que ces congénères alimenté en produit chèrement produit par nos industries.
Mes gosses ont eu leur mêre le temps de l' allaitement ( + de 6 mois ) et aujourd' hui ce sont les rares à ne pas tomber malade régulièrement comme tous les gamins de leurs classe.

Écrit par : james | 04/02/2008

ah sinon, c' est pas toi qui avait recruté Jérome Kerviel ?

non parce que je me pose quelques questions....

Écrit par : james | 04/02/2008

Blog bidon, sans interet aucun...

Heu moi ce matin j'ai mangé une pomme sinon...Tiens je vais faire un blog !

Écrit par : greg | 05/02/2008

En avoir pour ses trente-six mercredi et postuler à un poste de cadre très pointu, ça c'est de la femme.

Écrit par : medrac | 05/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu